logo home

Accueil > Positions > Presse > Communiqués de presse > 2007 > Louer une femme

Communiqué du 3 avril 2007.

Vous voulez louer une femme pour une heure, un jour, un mois ? La renvoyer quand vous en avez marre ? C’est aujourd’hui possible, comme en témoigne Benoît P. ce jeune retraité de 68 ans :

Avec Rent a Wife, j’organise ma vie comme j’en ai toujours rêvé. Comme je suis encore assez actif, je choisis plutôt mes femmes dans la catégorie multifonction, pour gérer la maison. Mais de temps en temps, j’aime aussi avoir des surprises.

Vous pouvez constater les dérives sexistes de notre société sur le site www.rentawife.be

Plus que jamais, Vie Féminine et les 52 autres organisations qui forment le Front pour une loi contre le sexisme, exigent qu’une loi soit adoptée pour contrer le sexisme.

Il est en effet grand temps de combattre ces préjugés, ces insultes, ces attitudes sexistes. En 1981, une loi a signifié clairement que le racisme ne pouvait plus être toléré dans une société se revendiquant égalitaire et démocratique. Il est temps qu’une loi signale également que le sexisme n’y est plus permis ni cautionnable. Et qu’il ne peut souffrir aucun compromis ou aucune exception, qu’elle soit culturelle ou autre.

Pourquoi une loi ? Parce qu’une loi constitue un geste fort, en légitimant des idées, en les sortant de la sphère privée pour les placer dans le domaine public et signaler aux citoyens et citoyennes que certains comportements sont inacceptables. Mais aussi parce que les lois sont faites pour régir une société et les rapports humains qui s’y déroulent. Contrer le sexisme fait partie d’une démarche de cohésion sociale dont les citoyen-ne-s ont besoin pour se sentir respectés et placés sur pied d’égalité.

C’est pour cette raison que nous demandons aux femmes et hommes politiques - nos élu-e-s - de considérer ce projet avec sérieux, en créant avec vous un front pour une loi contre le sexisme. Invitons nos représentant-e-s à se positionner sur cette question par le biais d’une loi, car la démocratie est inachevée tant que l’on ne s’est pas attaqué à toutes les discriminations.