logo home

Accueil > Enfance/FSMI > La Une > ASSEZ ATTENDU... LES ACCUEILLANTES VEULENT UN STATUT !

Prés de 200 accueillantes mobilisées le 3 février dernier

La journée d’action portée par la FSMI en collaboration avec la CNE le 3 février, à l’occasion de la Chandeleur, a été un succès :

- Une large mobilisation des accueillantes et des services
- Une importante interpellation politique
- Une action dans l’espace public remarquée au centre de Bruxelles
- Une vaste couverture médiatique

C’est nombreuses que les accueillantes d’enfants conventionnées se sont retrouvées ce lundi 3 février dès 9 heures dans le hall de la gare centrale à Bruxelles pour entamer leur journée d’action et d’interpellation pour un statut complet de travailleuse à part entière.

D’importantes délégations se sont rendues en matinée dans les locaux des quatre principaux partis francophones afin d’être entendues dans leurs revendications et de distribuer des crêpes, symbole de retournement de situation. En effet, le statut complet avait été inscrit dans les accords de constitution du gouvernement et il faut bien constater le manque de concrétisation des promesses en cette fin de législature.
Les accueillantes se sont ensuite rassemblées dans le centre de Bruxelles pour mener une action médiatique auprès du Manneken Pis. C’est sous le regard interrogatif des touristes de passage et avec toute la bienveillance des forces de l’ordre appelées pour l’occasion qu’elles ont envahi cet espace public et déguisé le monument bruxellois.

La journée s’est poursuivie par une table ronde, en présence des représentants des partis. Mesdames Muriel Gerkens (Ecolo), Sophie Pécriaux (PS) et Florence Reuter (MR) ainsi que Messieurs Benoît Drèze (CDH) et Laurent Monniez (cabinet du Ministre Nollet) ont pu entendre leurs interpellations quant à leur situation de non droit et leurs inquiétudes pour la survie de leur métier. Tous ces représentants ont évoqué leur adhésion et celle de leur parti à la notion de statut complet, la plaçant même dans les priorités. Il fallait cependant regretter le manque d’engagement à régler les choses sous cette législature, ce que les accueillantes n’ont pas manqué de constater.

Toute cette action a bénéficié d’une large couverture médiatique. Déjà , la presse matinale avait fait écho de la situation inacceptable des accueillantes d’enfants conventionnées et, tout au long de la journée, les capsules radio, les reportages télévisés et les articles sur le Net se sont succédés.
Suite à cette action, des courriers ont été envoyés aux présidents de partis. Nous avons constaté la sortie de communiqués de presse et la multiplication des questions parlementaires sur le sujet. Dans les contacts politiques de ces derniers jours, la FSMI et Vie Féminine ont réaffirmé leur préoccupation historique pour ce statut. Il figure d’ailleurs parmi les 14 priorités pour 2014 présentées par Vie Féminine dans le cadre de sa campagne pour les élections régionales, fédérales et européennes

Toutefois, nous ne nous contenterons pas de promesses pour un dossier qui repartirait encore une fois de zéro. Nous voulons des avancées tangibles, sous cette législature, avec la certitude que les accueillantes d’enfants conventionnées, qui représentent un tiers des places d’accueil subventionnées en Fédération Wallonie Bruxelles, ne seront pas à nouveau les victimes du peu d’intérêt du monde politique sur la question de l’accueil de l’enfance.